Ma startup a échoué. Dois-je le mentionner sur mon CV ?

Ma startup a échoué. Dois-je le mentionner sur mon CV ?

Vous avez lancé votre startup et l’expérience s’est terminée ? Vous avez peur que cette expérience soit un point négatif si vous le mentionnez sur votre CV ? Rassurez-vous, l’échec fait partie du jeu. Que votre projet entrepreneurial ait décollé ou non, l’important est de voir le verre à moitié plein et de ressortir les points positifs. Donc OUI, mentionnez cette expérience, mais valorisez-la. On vous montre comment...

Analyser les causes de l’échec de votre startup avant de le mentionner sur votre CV

Vous ne devez pas porter tout le poids de l'échec sur vos épaules, ayez plutôt la lucidité d’identifier les causes de votre échec. Les gens changent d’entreprise, les carrières évoluent. N’en rajoutez pas.

Lors de l’entretien, en revanche, il faut que vous soyez prêt à expliquer et justifier la transition. Ne mentez pas mais analysez très en détail toutes les causes et effets qui ont conduits à la fin de votre activité.

Si vous êtes capable d'analyser les raisons pour lesquelles vous avez échoué, vous validez votre capacité d’analyse. Si en plus, vous êtes capable d'articuler vos propres échecs sans trouver d'excuses, vous validez votre capacité de jugement.

Montrez objectivement où ont été les erreurs et en prouvant que vous en avez tiré des conclusions structurantes. L’histoire derrière cet échec est le plus important. Voici quelques questions d’exercice qui pourront vous aider à vous préparer :

  • Quelles ont été les circonstances de l’arrêt de votre activité ? Effet de mode, secteur en crise ?
  • Comment auriez-vous pu faire mieux?
  • Comment avez-vous tenu la barre (pivot ? optimisations ? motivation ?) lorsque cela a commencé à décliner ?
  • Pourquoi postuler dans une entreprise traditionnelle désormais ? Est-ce que vous ne préférez pas entreprendre à nouveau ?
  • Que dit l’échec de votre startup de votre capacité à mener un projet à bien ?
  • Qu'avez-vous tenté de faire ? Qu'est ce qui vous a poussé à le faire ? Comment avez-vous eu le courage de le faire ?
  • Qu'est ce que vous avez réussi ? Avec des exemples chiffrés idéalement.
  • Qu'est ce que vous feriez différemment si vous deviez le refaire une seconde fois ?

Évidemment, là on suppose que vous avez travaillé dur mais que ça n’a pas marché malgré tout. Si votre startup était une idée non commencée qui a été abandonnée après 3 mois sans avoir fait quoi que ce soit pour en faire une réalité, oubliez et ne la mentionnez pas sur votre CV.

Montrer sur votre CV l’apprentissage derrière l’échec en startup

La majorité des entrepreneurs qui créent leur startup ne réussissent pas à transformer leur projet en succès du premier coup. ll ne s’agit donc pas d’un échec, mais d’un apprentissage. L’important est de montrer que vous étiez passionné, que vous avez tout tenté, et que vous avez appris comme vous n’auriez jamais pu apprendre en entreprise traditionnelle.

L’environnement et le contexte de la startup force les entrepreneurs à s’improviser sur de nombreux métiers et à être littéralement “au four et au moulin”. Mettez ce point bien à l’honneur. Marketing, Comptabilité, démarchage commercial, procédures et contentions juridiques. Vous avez pléthore de compétences à mettre en avant avec des cas concrets selon le métier que vous visez.

Chiffrez également les résultats obtenus, les performances de votre concept, la quantité de livrables produits (site internet, application, contenus, etc.) et la méthodologie employée (MVP ? Test & Learn à travers une communauté ?). Si vous avez eu des propositions de rachat, communiquez sur les montants ou les éventuels acheteurs.

Vous n’avez pas gagné la bataille sur votre marché, mais vous en êtes sorti avec de belles expériences. Cela vous permettra de donner une couleur authentique et mémorable à votre CV : “Le CV de la jeune femme qui a monté sa startup, tu te souviens ?”... Trop peu visible chez la plupart des candidats.

Mettre en avant sur votre CV les soft skills que vous avez développé en startup

Ce que vous pouvez et devez communiquer sur votre Curriculum Vitae, c’est que vous avez lancé votre startup, qu’elle s’est développée, et tout ce que vous avez fait pour contribuer à son succès.

Vous avez eu le courage de prendre un gros risque, d’avoir des convictions, de les assumer, et de vous lancer contre l'adversité. C’est un exploit que peu de personnes entreprennent.Voyez le comme un sens de l’audace, de volonté, et de constance. C’est beaucoup mieux qu’un trou dans votre CV.

C’est surtout l’occasion de montrer vos “soft skills” :

  • Résilience : Comment avez-vous encaisser le choc et à remonter la pente ?
  • Courage : Comment avez-vous fait pour conjuguer travail acharné et vie sans revenue ?
  • Ambition : donner vie à une idée, et s’y accrocher.
  • Volonté : s’adapter aux difficultés, batailler jusqu’à son dernier souffle
  • Flexibilité : se remettre en question par rapport à ses convictions premières.

Les “soft skills” permettent au recruteur de se faire une idée sur vos qualités humaines et vos compétences relationnelles. Elles donnent en effet une idée sur votre capacité à vous intégrer et à vous épanouir dans une entreprise ou une équipe.

Toutes ces qualités sont des pépites que vous pouvez illustrer chacune dans votre Curriculum vitae, votre lettre de motivation ou lors de votre entretien d’embauche.

Comment le mentionner sur votre CV ? Quelques exemples...

Mentionner sur votre CV que votre startup a échoué est contre-indiqué. En revanche, vous avez plusieurs façons de mettre en avant cette expérience. Tout d’abord, évitez les titres ronflants du type “Fondateur & CEO”, on vous attendra au tournant sur le chiffre d’affaire généré et autres performances. Préférez mettre en avant l’énergie, la motivation et l’ambition derrière le projet.

Vous pouvez tout simplement mentionner dans votre CV votre expérience startup sous cette forme :

  • 2007–2009 : porteur de projet “The Great Enterprise”, maison d’édition numérique. “Porteur de projet” est suffisamment précis pour montrer que ce n’étaient pas des vacances mais bien un travail, et suffisamment flou pour qu’on n’insiste pas sur la notion d’échec.
  • 2007–2009 : création et croissance de la société bananas.com, 1er service en ligne de customisation de banane. Ici, vous focaliser sur l’action plutôt que sur le projet : créer une activité et la faire croître est la phase la plus complexe.
Lire le précédent Comment écrire un CV pour un stage ?
Lire le suivant CV en anglais : comment rédiger un CV parfait ?